sur une forme de lumière qui joue à ne plus finir
Le long d'une gouttière qui coule vers l'imprécis,
dans la fracture
d'un
reflet
sur une vitre


La ligne de démarcation est
                             


                  juste derrière


          




Un autre regard, d'autres mots : un autre monde
Celui du nu, celui du vrai, celui du sensible

















































































sur un corps qui raconte 
la
violente couleur du désir









La ligne, toujours.


La ligne de séparation, de déséquilibre, de fuite - la faille
                                                                la frange
                                                                        la fange
                                                                            le foutoir ou
                                                                                        l'unité.




















Yrf suit la ligne,
celle qui emmène
ailleurs,
celle qui transporte.















C'est pour nous qu'il la tord la
contourne     la
bouge






pour nous qu'il explore et explose le monde des
                                             couleurs atones
.












Yannick Zofer est peintre et photographe... retrouvez-le ici.
il y a les couleursde la peinture
qui se mêlent à celles de
 tous les jours,
qui
envahissent les espaces

Yrf dit que ses photos sont ses paroles 

Pour leur rendre
 leur juste lumière

Il y a les formes,
il y a les corps,
il y a les instants fragiles
et la mousse

et il parle d'une seule chose : de la différence qui existe
entre ce que l'on voit et ce que l'on regarde